4 – 7 avril 2019, Anadia, Portugal : congrès du syndicat portugais SFJ

Vivien Whyte a participé au congrès de l’organisation membre portugaise Sindicato dos Funcionários Judiciais (SFJ) les 4 et 5 avril 2019, en présence de la secrétaire d’Etat à la justice, du maire de la ville, et des représentants des président et procureur général de la Cour suprême. Outre de nombreux fonctionnaires portugais, participaient à l’événement des représentants de plusieurs autres organisations syndicales.

Dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture, le président de l’EUR est revenu sur le mouvement social mené par les collègues portugais depuis plusieurs mois pour obtenir un meilleur statut, une retraite décente, la recomposition des carrières et la réalisation des promotions. Il leur a renouvelé le soutien des greffiers et Rechtspfleger d’Europe dans ce combat juste et nécessaire. Il a rappelé que les fonctionnaires judiciaires, garants de la forme, étaient également garants de la liberté et que les décideurs politiques se devaient de reconnaître leur rôle essentiel dans le fonctionnement du système judiciaire.

L’ensemble des intervenants a insisté sur le rôle du greffier et l’importance du travail en équipe. Mais le discours le plus intéressant était sans doute celui de la secrétaire d’Etat à la justice qui a affirmé qu’il était important que les greffiers reçoivent de nouvelles compétences juridictionnelles, notamment pour résoudre les difficultés de fonctionnement des tribunaux.

Elle a indiqué que ses équipes avaient étudié la question en détail et qu’il n’y avait pas d’obstacle technique au transfert de tâches du juge vers le greffier. Elle estime que le statut des greffiers est appelé à évoluer dans cette direction, avec un diplôme universitaire comme condition de recrutement. Néanmoins, elle a constaté l’absence de volonté politique pour financer une telle réforme actuellement. Elle a présenté ses excuses pour l’échec des négociations et a appelé de ces vœux une évolution après les prochaines élections législatives.

Le congrès a dénoncé « la mauvaise foi avec laquelle le gouvernement avait organisé le processus de négociation en vue de la révision du statut des greffiers, aboutissant à sa fermeture unilatérale en guise de représailles au combat loyal (reconnu par tous, en particulier par les interlocuteurs judiciaires) que les travailleurs ont commencé en 2018 et qui a culminé avec la session plénière nationale qui a eu lieu à l’ouverture officielle de l’année judiciaire ». Il a décidé « de répondre de façon adéquate et efficace à (cette) posture du gouvernement » par des actions qui seront définies par le secrétariat.

Le président Whyte salue le travail remarquable effectué par M. Fernando Jorge, président du SFJ, au cours de son mandat qui arrive à son terme à la fin de l’année. Pilier de l’action syndicale au Portugal depuis de nombreuses années, il a également porté le combat pour les droits des fonctionnaires au niveau européen en apportant un soutien indéfectible à l’EUR qui lui en est reconnaissante.


M. Fernando Jorge, président du SFJ.

Vivien Whyte remercie le SFJ pour son accueil très chaleureux et sa grande hospitalité. Il se réjouit que l’EUR puisse à nouveau apporter prochainement son soutien aux collègues portugais à l’occasion de l’organisation de son propre congrès qui se déroulera à Lisbonne du 27 novembre au 1er décembre 2019.